La fourrure :

On estime qu’environ 100/150 millions d’animaux sont tués pour ce commerce chaque année, sans prendre en compte le nombre de lapins qui lui atteint 1 milliard.

Je crois qu’il est utile de rappeler que la fourrure est une peau d’ANIMAL encore garnie de poils. Elle n’est pas une fibre naturelle ou synthétique que l’on cultive ou que l’on fabrique.

Il faut savoir que 85% de la fourrure provient non pas d’animaux sauvages capturés dans la nature, mais de fermes d’élevages, notamment implantées en Europe et en France (vison par exemple).

Il existe, accrochez-vous, 6 000 élevages au sein de l’UE soit 5 fois plus qu’en Amérique du Nord et 40 fois plus qu’en Russie.

De nombreux pays ont interdit les élevages de fourrure (Royaume-Unis, Croatie, Autriche…) car cela ne respecte en rien les besoins naturels et physiologiques des animaux. La plupart des animaux qui sont des espèces sauvages, ont un grand besoin de liberté, de vie solitaire ou communautaire et elles seront pourtant contraintes de passer leur triste et courte existence dans des cages métalliques qui blesseront leurs pattes. Leurs conditions de détention génèrent des stéréotypies (répétition de gestes), des automutilations, des maladies telles qu’ulcères et infections, sans que des soins ne leurs soient prodigués par soucis financier.

Leur mise à mort est ignoble. Électrocution, étouffement, dépeçage, pratiqués alors que l’animal est encore vivant.

Les 15% restant sont des animaux sauvages capturés tels que les coyotes, les lynx, les écureuils, attrapés au moyen de pièges qui leur brisent les membres. Leur mort est une lente agonie si les pièges ne sont pas relevés. S’ils survivent… leur fin est brutale. L’Union Européenne a interdit la capture d’animaux par le biais de pièges à mâchoires, mais elle n’a pas pour autant interdit l’importation de fourrures obtenues de la sorte. Ah la cohérence !

En Europe, il est également encore possible de trouver de la fourrure de chats et de chiens provenant de Chine, sous des faux noms ou marqués comme étant de la fausse fourrure.

Les alternatives : Porter de la fausse fourrure, ou rien. Il existe de très belles fausses fourrures. Vous pouvez consulter les sites www.furfreeretailer.com et www.mode-sans-fourrure.com afin de connaitre les marques qui se sont engagées à ne pas en commercialiser.

Marque de fourrure synthétique FAUX FUR.

Les plumes :

Souvent arrachées à vif, les oies et canards subissent de lancinantes douleurs en plus d’être dans un état de stress total. Souvent maintenus de force dans des positions inconfortables qui peuvent aller jusqu’à leur briser des os, les palmipèdes subiront plusieurs fois dans leurs vies ce calvaire afin de rembourrer les doudounes, mais également les oreillers ou autres accessoires de literies.

L’Union Européenne a banni la pratique du plumage à vif, mais elle n’interdit pas l’importation de plumes arrachées sur des animaux vivants. La Chine, encore et toujours, en produit un très grand nombre et inonde le marché. Si vous avez donc des vêtements/produits composés de duvet et étant Made in China, la probabilité d’un plumage à vif est très forte.

Malgré une interdiction au niveau européen, des enquêtes ont montré que le plumage à vif avait toujours lieu en Allemagne, en Hongrie et en Pologne…

Enfin, l’industrie de la viande et celle des plumes sont étroitement liées (notamment le foie gras). Le duvet permet aux éleveurs de foie gras d’être une importante source de revenus. Acheter des vêtements composés de plumes ou de duvet a pour conséquence de subventionner ce genre d’élevages.

Les alternatives : le polyester recyclé : Oeko Tex que l’on retrouve notamment chez la marque The North Face, Patagonia… le Kapok qui est ici des fruits du fromage (espèce de baobab), le Lyocell obtenu à partie de la pulpe d’eucalyptus…

Et la marque Save the Duck qui propose des vestes sans plume.

La laine :

Notre naïveté nous pousse à croire que les moutons/brebis ne souffrent pas lorsqu’on les tond. Mais la réalité est toute autre. La demande en laine est très forte et la cadence de tonte afin de répondre à la demande est effrénée. Les animaux sont maltraités, malmenés. S’ils résistent, ils se prennent des coups. Les personnes chargées de la tonte doivent les maintenir au sol, parfois en leur appuyant la tête avec leurs pieds. Les mouvements sont brusques, rapides, et laissent les peaux à vif, les coupures sont nombreuses, parfois recousues sans anesthésie. L’expérience est traumatisante et bouleversante pour les animaux, qui se retrouvent à nu, sans protection contre les températures.

Au-delà de la tonte, les animaux subissent des mutilations telles que la coupe de la queue et une partie de l’arrière train (notamment en Australie) afin d’éviter la myase, une infection due à la présence d’un asticot de mouche sous la peau. En France, la coupe de la queue est effectuée car permet une tonte plus rapide, même si l’argument mis en avant est l’hygiène.

La laine de lapin ou de cachemire n’est pas plus respectueuse du bien être animale, au contraire…

Le cachemire provient du poitrail de l’animal. Sa tonte prive les chèvres de leur protection naturelle contre le froid des pays tels que le Népal, la Mongolie, la Chine ou le Cachemire. Elles sont alors plus vulnérables et de ce fait, malades. Une fois que leur pelage n’est plus assez doux, comme les moutons, elles seront tuées pour leurs peaux.

Quant à l’angora, qui provient de lapins ayant subits une mutation génétique, la maltraitance est sans nom. Les élevages n’ont aucun scrupule à pratiquer le sexage, et abattent les mâles à la naissance, car ils produisent moins de laine que les femelles. La phase d’arrachage est traumatisante, les lapins, qui sont des animaux craintifs, se retrouve attachés urinant et déféquant de peur. Ils hurlent littéralement lorsque leurs poils sont arrachés, laissant leur peau à vif. Là encore, la différence de température, les plaies, entraînent la mort.

Les alternatives : les fibres synthétiques recyclées, telles que le nylon, le polyester, les fibres de bambou ou de soja, le Pakucho issu de fibre de coton, la fibre de lin (la France est un grand pays producteur) …

Le cuir :

Cette matière est certainement la plus répandue et n’a pas de saison. Réputée être la référence en termes de qualité, elle est grandement utilisée que cela soit pour la maroquinerie, le secteur de l’habillement, le secteur de l’automobile…  Porter du cuir fait fonctionner l’industrie de la viande car la matière est l’un des sous-produits le plus lucratif. Le cuir rapporte énormément d’argent à l’industrie de l’élevage, ce qui lui permet en conséquence de faire baisser le prix de la viande. Et si le prix baisse, la consommation augmente ! Porter du cuir n’est donc pas sans incidence et encourage l’élevage industriel.

En outre, la majorité du cuir provient de pays qui n’ont pas de législation en matière de bien-être animal ou qui n’en font pas application (Inde notamment). Quoi qu’il en soit, cette matière, peu importe son pays d’origine, est produite dans la souffrance, puisque les animaux ont eu une vie de misère de par l’élevage puis l’abattage.

En matière d’étiquetage, les seules obligations concernent les parties extérieures des articles de maroquinerie et de voyage ainsi que les revêtements de meubles. Rien n’encadre les chaussures et autres accessoires. Il y a donc énormément d’appellations frauduleuses

La Chine, réputée pour son trafic de chats et de chiens (2 millions), écoule le cuir de ces animaux par le biais de gants, des porte-clés et les étiquettes de jeans… Il y a donc une probabilité assez forte pour que sur le marché européen, de tels articles soient accessibles. Dans le doute, ne vaut-il mieux pas s’abstenir d’acheter du cuir ?

  • Ces quelques phrases ne traitent que de l’aspect « éthique animale » mais il est important de souligner que les élevages ont un impact environnemental et humain reconnu et indéniable. –

Les alternatives : les fibres synthétiques recyclées, le latex naturel, les « éco-cuirs » ou bioplastiques issus des céréales ou huiles végétales, le liège, le pinatex…

Pour les chaussures :

Will’s Vegan Shoes NaeBeyond Skin – …

Pour les sacs :

Matt & NatMagnéthikColibriWwoW …

Sources :

  • Planète Vegane – Ophélie Véron

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Cause Animale

Diplômée en Droit Animalier / Proposition de loi

L’année, dernière, en septembre exactement, je suis allée découvrir la charmante ville de Brive la Gaillarde afin de suivre les deux semaines de cours dispensées dans le cadre du Diplôme Universitaire en Droit animalier. Mon Lire la suite…

Cause Animale

Sudan, où l’extinction d’une espèce

Sudan et Jason Wachira Sudan , dernier mal rhinocéros blanc s’est éteint le 19 mars 2018. Ce mastodonte était devenu le symbole d’une lutte contre l’extinction des espèces. Sudan est né à l’état sauvage mais Lire la suite…

Cause Animale

Breaking news : un Code de l’Animal !

Monsieur Marguénaud, fondateur du droit animalier en France et professeur émérite à l’Université de Limoges, avait prononcé ces quelques mots en septembre 2017, lorsque j’ai suivi le diplôme universitaire en Droit Animalier : « Nous sommes en Lire la suite…