Hey psssst !

C’est la période, alors il faut bien que je vous parle un peu du foie gras.

J’ai décidé de ne pas publier de vidéo, ni de photo car je sais que vous détournerez les yeux, pour les ouvrir à nouveau, assis à la table de fêtes, en vous servant ces fameux toasts et en vous disant :

« Ca va, ce n’est qu’une fois dans l’année après tout ! »

Peut-être que mes mots seront plus faciles à lire, et si vous voulez en savoir plus, vous avez juste à lancer la recherche « gavage oie peta ».

———————-

Et je lance le défi à toute personne de regarder une vidéo sur le gavage des canards/oies et de manger du foie gras ensuite.

 ———————-

Aujourd’hui, le gavage est une pratique de plus en plus controversée, notamment grâce aux associations de protection animale (L.214) qui font connaître au public les conditions de production du foie gras par des reportages au sein des élevages.

Toutefois, lors de l’adoption en 1999 de recommandations européennes concernant les canards et les oies, les pays producteurs de foie gras ont gracieusement bénéficié d’une dérogation (merci les lobbings). Aujourd’hui il ne reste donc « plus que » cinq pays européens produisant du foie gras : la France (en tête avec 72 % de la production mondiale), la Bulgarie, la Hongrie, l’Espagne et la Belgique.

Le gavage est interdit dans les autres pays européens soit explicitement, soit en application de la législation contre la maltraitance animale. La Pologne, qui était le 5e producteur mondial, a rendu le gavage illégal en 1999. L’Italie y a renoncé en 2004. En Israël, l’interdiction du gavage a été mise en application en 2005.

L’Union européenne a elle même interdit l’alimentation forcée des animaux.

Et la France dans tout cela ?

Et bien, le foie gras a été inscrit en 2006 au patrimoine gastronomique national, et la France reste de loin le premier consommateur mondial.

Mais il y a une certaine prise de conscience, l’opposition au gavage se développe aussi dans notre pays. Et ça, ça vient des consommateurs, vous avez aussi votre mot à dire, et un parti pris à mettre en avant afin d’agir à votre échelle !

Selon un sondage YouGov, réalisé en Décembre 2015 :

51 % des Français sont favorables à l’interdiction du gavage.

contre 44% en 2013 et 47% en 2014.

Chez les femmes et les 25-34 ans, l’opposition au gavage s’affirme de façon plus marquée, totalisant 60% des sondés.

33 % des Français interrogés refusent d’acheter du foie gras pour des raisons éthiques ;

Selon les données officielles du ministère de l’Agriculture, la consommation de foie gras en France a marqué une baisse en 2014 pour la 4e année consécutive.

Alors, cette année, mangerez-vous du foie gras à Noël?

Ou allez vous tester l’alternative végétale ?

 Les alternatives, c’est ici !

 La production du foie gras :

 N.B : Je précise aussi que les informations retranscrites ici concernent les pratiques des élevages français, dans le Périgord, le Pays de la Loire notamment.

 Alors, je sais qu’au fond de vous, vous êtes au courant que les méthodes de production de foie gras sont cruelles et dégueulasses, mais… c’est plus fort, c’est tellement bon, vous ne pouvez résister ! Et je dois vous avouer que je vous comprends. J’ai aussi mangé pendant longtemps ces petits toasts, mais c’est fini. Et ce n’est pas dur du tout, croyez-moi !

Comme dirait Arielle Dombasle

«  Je ne digère pas l’agonie. »

Vous avez raison, ce n’est qu’une fois dans l’année, mais cette unique période de l’année coûte la vie à plus de 80 millions d’êtres vivants.

Un foie gras acheté = Un canard tué

Dans les élevages, la première étape est l’insémination de force des canes et des oies.

Chaque jour des milliers d’œufs éclosent dans des armoires à incubation et dès le premier souffle de leur vie, les oisillons vont être confrontés à la cruauté humaine.

L’industrie du foie gras se met en marche, dans un premier temps, la sélection des canetons/oisillons mâles, l’utilisation de femelles étant interdite, lesquelles sont trop fragiles pour subir le gavage et leur foie est trop nervuré et peu apprécié. Elles ne servent donc plus à rien sur terre et seront broyées. La fréquence journalière est énorme. A ce stade là, j’allais dire, c’est dur de naitre femme. Mais finalement, elles ne subiront pas les tortures des jours qui suivent.

Pour 40 millions de mâles gavés, il y a 40 millions de femelles généralement tuées à la naissance.

Alors il nous reste donc beaucoup de petits canetons, qui vont être mis en élevage avec phase de gavage intensive, à raison de 2-3 fois par jour pendant 12 jours.

Pendant cette période l’oiseau va passer de 4 à 5,5 kg.

Il n’y a pas de production de foie gras éthique et respectant le bien être animal.

Le procédé de gavage consiste à administrer de force à l’aide d’un tuyau enfoncé jusqu’au jabot de l’animal des aliments en grande quantité, très énergétiques et déséquilibrés. Le gavage prend 45 à 60 secondes avec la méthode artisanale. Il ne prend que 2 à 3 secondes avec la méthode industrielle, qui est largement prédominante, avec une pompe hydraulique ou pneumatique.

Imaginez-vous recevoir une dose de nourriture démesurée dans l’estomac, qu’allez-vous ressentir ? Et eux, sont-ils différents de nous ?

Suite au choc du gavage, l’animal est pris de diarrhées et de halètements. Le fonctionnement du foie est bien entendu perturbé, l’animal a du mal à réguler la température de son corps, et développe une maladie appelée stéatose hépatique (que l’on retrouve chez les personnes obèses ou alcooliques). Mais également des lésions, infections et inflammations.

 Sa santé va très rapidement se dégrader.

Si vous pensez manger un produit pur,

sachez que vous mangez un foie malade.

En outre, les dimensions des foies atteindront entre 9 à 10 fois leur volume normal, rendant la respiration difficile,  les déplacements pénibles. Les poumons sont compressés, le centre de gravité de l’animal est déplacé. Certains ont les membres inférieurs qui lâchent et ne peuvent plus se tenir sur leurs pattes.

 Un million de canards meure chaque année pendant la période de gavage.

Durant cette période, les canards/oies sont enfermés sur des sols durs de type grillage ou caillebotis et se blessent, ils développent des infections aux pattes appelées dermatites. Le grillage sert à laisser passer leurs excréments qui ne seront pas nettoyés pour autant.

Quand la période de calvaire est terminée, les oiseaux sont alors emmenés à l’abattoir dans des caisses où ils sont entassés. Ils sont étourdis par électronarcose puis saignés. Il arrive fréquemment que les oiseaux se réveillent avant ou en cours de saignée. Ils sont plumés, éventrés et leurs foies sont prélevés afin d’être mis en conditionnement pour se retrouver à garnir les assiettes des consommateurs.

Vous m’avez lu jusqu’au bout ?

 Voyez-vous encore le foie gras du même œil ?