C’est bientôt l’été, coquillages et crustacés,

Et si on bronzait, sans nocivité et cruauté ?

Bronzer oui, mais sans impact négatif sur notre santé et la planète !

En mars, j’ai testé la marque UV BIO et au delà du fait qu’elle remplisse tous les critères déterminants – pour ma part – d’une protection éthique, bio et cruelty free, elle m’a également séduite par son efficacité, son odeur et sa facilité d’application.

Je recommande donc vivement cette marque aux personnes désireuses d’une crème sans filtres chimiques, bio et non testée sur les animaux !

Elle ne laisse pas de film blanc (Youhou !) si on l’applique soigneusement, elle a une douce odeur agréable et protège très bien, même pas 38 degrés sous le soleil de Thaïlande !

La crème visage est teintée orange, ce qui ne pose pas la question des traces blanches. Elle laisse un petite film gras pendant 10 min environ, le temps que la peau l’absorbe complètement.

Sinon, rien à dire, à part que j’ai trouvé mon allié bronzage pour de futures vacances !

Pourquoi bronzer éthique et écologique ?

Contrairement aux idées reçues, la crème solaire n’empêche pas de bronzer.

Elle est l’un des meilleurs alliés afin d’éviter les coups de soleil et de permettre de ralentir le vieillissement prématuré de la peau.

N’oublions pas l’ombre et le combo t-shirt-chapeau ! Ou le fameux bob, c’est toi qui choisi niveau style !

Elle garantit aussi un bronzage uniforme et durable.

  • Pourquoi bronze-t-on ?

Lors de l’exposition aux rayons du soleil, le corps va activer sa production de mélanine afin que la peau soit moins agressée. Il s’agit donc d’un phénomène de protection de la peau.

C’est la mélanine qui nous fait bronzer, protégeant ainsi l’ADN des cellules de la peau des rayons ultraviolets (surtout UVB) du soleil. Lors d’une exposition prolongée au soleil, on bronze car le corps fabrique plus de mélanine, on est donc mieux protégé contre les UV. La mélanine agit en les absorbant et en restituant sous forme de chaleur l’énergie reçue.

Lorsque la peau n’est pas préparée (à la sortie de l’hiver avec les premiers rayons de soleil – par exemple – #truestory) l’exposition est trop violente et la production de mélanine est insuffisante. Résultat : le coup de soleil !

Une protection solaire est donc indispensable afin de préserver la peau et la protéger, en lui permettant de l’aider à éviter les coups de soleil, mais également les risques de cancer de la peau.

  • La crème solaire, un produit complexe :

On attend énormément d’une protection solaire : qu’elle adhère sans trace, et sans film gras, qu’elle résiste à l’eau, et qu’elle protège efficacement la peau du soleil, qu’elle sente l’été et les fleurs tropicales, bref un vrai casse-tête ! Et ces nombreuses attentes ont entrainé l’utilisations de produits pas très très bons pour nos organisme.

Impact sur la santé

Les fabricants ont intégré de nombreux produits chimiques aux crèmes solaires classiques afin qu’elles répondent à toutes nos exigences.

Ainsi, les crèmes contiennent des perturbateurs endocriniens !

La crème solaire chimique pénètre l’épiderme et forme une couche filtrante. Mais les principes actifs entrent dans l’organisme, et selon des chercheurs, ils joueraient un rôle semblable à celui des œstrogènes, pouvant entraîner un déséquilibre hormonal.

Par ailleurs, des crèmes solaires élaborées à partir d’écrans solaires chimiques qui pénètrent dans l’organisme, sont souvent allergisants. (petits boutons, eczémas etc)

Impact environnemental

Les protections solaires classiques contiennent également des nanomatériaux qui, bien que leurs effets sur notre santé soient inconnus, ces derniers semblent en outre nocifs pour l’environnement marin. L’usage de ce genre de produits est donc fortement déconseillé lorsque l’on se baigne dans des zones marines protégées. Les filtres chimiques employés dans les crèmes solaires sont vivement accusés d’entraîner une importante pollution de l’eau. En effet, une étude suisse révèle que les composants chimiques, non biodégradables, sont en partie responsables du blanchiment et de la mort du corail, dans les zones très touristiques.

L’étude montre aussi que, même à très faible dose, les filtres ultraviolets attaquent la muqueuse corallienne. Les filtres de synthèse sont difficiles à éliminer, même par les stations d’épuration.

Très fragile, le corail est l’un des écosystèmes les plus productifs de la planète et sa destruction menace de ce fait le biotope marin.

> 25.000 tonnes de crèmes solaires sont répandues chaque année dans les océans par les baigneurs.

10 % des coraux du massif corallien seraient déjà affectés. On trouve ces filtres de synthèse également dans le corps de certains poissons.

Impact sur les animaux de laboratoire

Pour finir, les composants de ses crèmes peuvent faire l’objet de tests sur les animaux de laboratoire.

C’est ce qui est appelé la phototoxicité (réaction toxique suite à une première  exposition de la peau à certains produits chimiques, et une exposition à la lumière ou bien par l’irradiation de la peau après administration d’un produit chimique par voie systémique)
Ce test est utilisé notamment pour tester les substances chimiques entrant dans la composition des crèmes solaires. Les animaux sont donc enduits de crème puis exposés sous des lampes parfois provoquant des brûlures sur leur peau.

Il y a donc un certain nombre de raisons nous poussant à nous orienter vers des crèmes solaires respectueuses.

L’alternative biologique

La principale différence entre une crème traditionnelle et une crème solaire bio réside dans le filtre UV : c’est ce qui va protéger des rayons du soleil. Les crèmes traditionnelles contiennent des filtres de synthèse, résidus de produits pétroliers.

Réduire son impact sur la santé

Pour la crème solaire bio, il s’agit de filtres minéraux, donc naturels, comme le dioxyde de titane ou l’oxyde de zinc. Là où les filtres de synthèse transforment les UV, les filtres minéraux les réfléchissent pour qu’ils ne puissent pas pénétrer la peau.

De même, les parfums synthétiques, les parabens et les conservateurs de synthèse sont interdits dans les crèmes solaires bio.

Les filtres minéraux présents dans les crèmes solaires bio sont sans danger pour la peau. Ils ne pénètrent pas le derme et ne provoquent donc aucune allergie.

Les produits solaires bio respectent les même normes de composition et d’étiquetage imposées par la directive européenne sur les cosmétiques (76/768/EEC).

Réduire son impact sur l’environnement 

Utiliser une crème bio c’est préserver la faune et la flore maritime : en effet, le plancton, indispensable à la vie aquatique ne sera pas détruit par les substances chimiques des crèmes classiques. Le plancton est la nourriture de nombreux poissons et mammifère, sans lui, les espèces meurent !

En outre, la composition naturelle et biodégradable des crèmes bio n’est pas nocive pour l’environnement marin.

Absence de tests sur les animaux 

Pour certaines. Bio ne veut pas dire non testées ! Il faut se référer aux petits logos : 

En outre, une marque qui ne testerait pas ces matières premières ou produits de cosmétiques en Europe, mais qui serait présente en Chine, a l’obligation de tester ces produits afin d’être autorisée à les vendre sur le marché chinois.

Elle n’est donc pas forcément contre les tests sur les animaux ! et ça on dit NON !

Réputation négative ?

À cause de leur composition, les crèmes solaires bio ont longtemps été délaissée notamment à cause de leur difficulté d’application, laissant des traces blanches peu esthétiques. Toutefois, les marques de cosmétique bio ont fait évoluer leurs produits ces dernières années, permettant d’estomper ce défaut récalcitrant.

De même, les prix des crèmes solaires bio autrefois assez élevés ont aujourd’hui tendance à être à peu près équivalents aux crèmes solaires de marque que l’on trouve dans le commerce ou en pharmacie.

Lors d’une baignade, ¼ de la crème appliquée se disperse dans l’eau. On peut facilement imaginer l’impact environnemental des crèmes solaires. Il faut donc penser à la planète et opter pour une solution bio conçue pour limiter significativement la pollution.

Sauvons la planète à notre échelle !

Les alternatives Bio & Non testées sur nos amis les animaux

J’ai testé aussi la marque Acorelle en indice 50 et elle valide le test !

 

Sources :

https://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9lanine

https://www.alternativesante.fr/soleil/le-soleil-moins-dangereux-que-les-cremes-solaires

https://www.planetoscope.com/eau-oceans/1247-litres-de-creme-solaire-diluee-dans-l-ocean.html 

Catégories : Mode et cosmétique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Cause Animale

Le Petit Guide des Matières et Accessoires Cruel.les de l’Hiver

* La fourrure : On estime qu’environ 100/150 millions d’animaux sont tués pour ce commerce chaque année, sans prendre en compte le nombre de lapins qui lui atteint 1 milliard. Je crois qu’il est utile de rappeler Lire la suite…

Mode et cosmétique

Les cotons tiges, c’est has been!

Le sujet qui sort de l’ordinaire et dont je n’aurai jamais pensé un jour écrire dessus, quoi comme, tout peut arriver. Il ne faut jamais dire jamais !

Mode et cosmétique

Marques véganes pour Hommes/Femmes – Chaussures & Accessoires

Depuis déjà quelques temps, je voulais vous faire découvrir des marques qui ont pris le parti de respecter notamment les animaux en n’utilisant ni leurs peaux (cuir, daim…) ni leurs fourrures, afin d’en faire des Lire la suite…

PRECOMMANDES : Les commandes seront traitées deux fois, aux alentours du 15 et 30 de chaque mois. Rejeter