Le sujet qui sort de l’ordinaire et dont je n’aurai jamais pensé un jour écrire dessus, quoi comme, tout peut arriver. Il ne faut jamais dire jamais !

Jamais je ne me passerais de coton tige !

FAUX !

Je suis une fan inconditionnelle de la sensation du coton tige dans mon oreille, ce n’est pas vraiment un sujet dont on parle et c’est gênant, je le reconnais, mais chacun ces « plaisirs », ok ?! Et puis je me sens moins bête d’en parler car j’ai pu lire ça dans un article :

Geste d’hygiène, mais aussi de plaisir. Comme d’autres orifices corporels, l’oreille concentre un grand nombre de terminaisons nerveuses : elle est donc particulièrement sensible et réagit aux gratouillis.

Je suis donc rassurée d’être normale… ou pas !

Sauf que lorsque l’on s’intéresse à la cause animale, à la cause environnementale, on finit par glaner des informations sur les cotons tiges, et ce n’est franchement pas motivant de continuer à les utiliser, ce n’est vraiment pas le mieux pour nous et pour la planète.

D’où l’idée d’en parler sur le blog !

Tiraillée entre mon plaisir personnel et l’envie de sauver à mon échelle l’impact environnemental du plastique qui pollue tout le globe, j’ai franchi le cap et j’ai testé ça :

Ce petit bout de bambou avec une petite forme de cuillère, qui ressemble plutôt à un pic à cheveux avec sa boule décorative de la marque LAMAZUNA (dont je vous parle plus bas).

Bon, avant de vous perdre je vais vous expliquer pourquoi il faut envisager de laisser tomber les petits bâtonnets ouatés.

La fin de leur commercialisation

Tout d’abord, parce que ça va être supprimé ! D’ici 2020, la commercialisation des cotons tiges va disparaître, alors à moins de faire une provision de malade pour survivre, il faudra trouver d’autres alternatives !

En effet, un alinéa de l’article 124 de la loi Biodiversité du 20 juillet 2016 dispose ainsi que, « à compter du 1er janvier 2020, la mise à disposition à titre onéreux ou gratuit des bâtonnets ouatés dont la tige n’est pas composée de papier biodégradable et compostable en compostage domestique est interdite».

Même si ces bâtonnets sont envoyés dans les centres de recyclage, ils sont trop petits pour être traités. Ainsi dans les centres de tri comme dans les stations d’épuration, les particules de plastique des bâtonnets ouatés se faufilent entre les mailles des filets, et se retrouvent ainsi dans notre environnement.

Les rivières et les océans regorgent de ces particules qui détruisent les organes et empoisonnent les animaux aquatiques.

« Les cotons-tiges entrent dans le top 10 des déchets les plus présents sur nos plages »

Il est donc important de prendre conscience de cela. Il s’agit d’une petite chose qui peut avoir un impact énorme. Imaginez le nombre de contons tiges utilisés chaque jour pour l’hygiène auriculaire mais également pour le maquillage.

En 2020, les bâtonnets en plastique vont être remplacés par des bâtonnets biodégradables en papier, mais je n’ai pas envie de patienter encore trois années à polluer ma planète et si je peux réduire mon impact alors je le fais, même minime.

Faire évoluer mes habitudes est quelque chose que j’ai entrepris depuis 2 ans environ. Je ne m’en porte que mieux, je passe peut être pour une personne peu comprise (ok elle se cure les oreilles avec un bout de bois, genre comme les hommes préhistoriques ?) mais j’ai cette faculté de ne pas m’attarder sur ce que peuvent penser les gens quand je sais que mes convictions sont nobles et justes.

Et vous y viendrez car si cela semble réducteur, c’est notre avenir qui est en jeu !

L’effet négatif sur la santé

Et ce n’est pas tout ! en plus de son impact super négatif sur l’environnement, la faune et la flore, les petits bâtonnets ne nous font pas que du bien aux oreilles.
Le cérumen est indispensable pour notre santé, il préserve l’oreille des maladies telles que les otites, les infections et les eczémas.

Car dans notre oreille, tout à l’intérieur, il fait 37°C, le climat est plutôt humide (genre chaleur des tropiques ?) et donc propice aux bactéries. Le cérumen protège et nettoie cet environnement, et doit, une fois son rôle accompli, s’écouler naturellement.

Et là ce n’est pas très glamour !

Les bâtonnets sont « pratiques » pour le recueillir mais ils sont de taille trop fine et poussent le cérumen vers le fond, créant ainsi des risques d’obstruction du conduit et provoquant la formation de bouchons.

Il me fallait donc agir et j’adore tester des choses atypiques je me suis donc procuré L’Oriculi de chez Lamazuna.

Petit point sur LAMAZUNA 

Concept 
Lamazuna est née en 2010 et se positionne comme LA marque zéro déchet et durable. Peu importe si notre société actuelle propose des produits à usage unique, avec une obsolescence programmée, avec des emballages pas forcément recyclables, Lamazuna contre tout cela en proposant des produits d’hygiène ayant le moins d’impact possible sur l’environnement ainsi que bien entendu sur les hommes et les animaux et ça marche ! Elle s’impose petit à petit et dure par son concept, son dynamisme et quelque part sa « nouveauté » alors qu’il s’agit de vieilles méthodes !

Quand je dis zéro déchet, c’est réussir à en avoir le moins possible.

Les cosmétiques seront donc sous formes solides : shampoing solide, déodorant solide, beurre de karité solide etc. La forme solide permet ainsi de concentrer le produit dans un plus petit volume. Tout comme l’absence d’eau permet également de minimiser le poids et évite les surcoûts inutiles du transport.

Conviction 
La marque Lamazuna est certifiée par l’association PETA comme étant Cruelty Free & Vegan. Aucun test sur les animaux et aucun produit provenant des animaux sont utilisés dans la composition des produits. Elle s’engage également à ne pas s’implanter en Chine ou dans d’autres pays qui autorisent ses tests.

Elle est la seconde marque française à obtenir cette distinction de la célèbre association de défense des animaux.

Cette démarche éthique permet de diminuer l’impact sur l’environnement puisque l’élevage est une industrie qui a un bilan carbone les plus élevé, sans parler de l’exploitation animale.

prix : 4,50 euros pour plusieurs années d’utilisation

à condition de le rincer après usage et/ou de l’essuyer.

Source : 

https://reporterre.net/Les-cotons-tiges-vont-disparaitre-Enfin-ceux-en-plastique

http://www.20minutes.fr/planete/environnement/1824543-20160412-microplastique-megot-verre-coton-tiges-top-10-dechets-oceans