Les oiseaux ont de nombreuses facultés remarquables :

Les pies reconnaissent leur reflet dans un miroir.

Les corneilles de Nouvelle-Calédonie fabriquent des outils, un savoir-faire qu’elles se transmettent de génération en génération.

Les perroquets gris du Gabon sont capables de compter, de classer des objets en fonction de leur couleur et de leur forme, et d’apprendre des mots humains.

Les corbeaux lâchent des noix en vol pour qu’elles se fendent en tombant sur le bitume, leur permettant ainsi de savourer ce que renferme la coquille…

Et la poule dans tout cela ?

Dans l’esprit de la plupart des gens les gallinacés sont considérés comme stupides et n’étant bonnes, pour les femelles, qu’à picorer le sol.

Ou plus généralement, elles sont perçues uniquement par le prisme de leur utilités à pondre.

Les mâles, quant à eux, ne sont utiles qu’à satisfaire nos envies de poulets grillés ou autres ailes et cuisses braisées.

J’aimerai que l’on lève le voile sur les capacités cognitives de ces êtres et qu’on le redépose gentiment sur nos préjugés.. Allez hop, ça disparaît !

Pour être honnête, je pense que cette façon de considérer les poules/coqs est certainement la conséquence d’une absence de contact et donc d’observation de ces petits animaux à plumes.

Je sais, ce n’est pas donner à tout le monde d’avoir des poules chez soi, mais ce n’est pas une raison pour les considérer comme dépourvues de sens, sensibilité et facultés.

Nous ne nous en rendons peut être pas compte, mais nous dévalorisons les animaux que nous consommons afin de se déculpabiliser et rendre acceptable leur exploitation.

Pourtant, il faut bien avouer que scientifiquement, les études ne tarissent pas d’éloges sur les capacités cognitives des gallinacés.

Il a fallu presque un siècle aux chercheurs pour comprendre ce qui se passe dans le cerveau des poules, à peine gros comme une noisette. Et pourtant, la matière grise qu’il renferme vaut le détour !

Les poules et coqs ont de quoi être fièr.es !

Le langage

Leur répertoire comporte 24 cris différents, associés à des événements particuliers (différents types de menace, présence de nourriture, etc.)Les termes pour désigner les « paroles » de la poule sont nombreux ! Elle cagnette ou caquette (quand elle pond), claquette ou cloque (quand elle parle à ses poussins dans l’œuf), clousse (quand elle couve), crételle ou glousse (quand elle converse avec ses congénères).

Et on oserait dire que les gallinacés n’ont pas de langage ? Le but n’est pas de parler la même langue, mais de se comprendre et de se respecter. Je ne parle ni japonais, ni russe voire même très mal l’anglais, pourtant, les signes, les intonations, l’observation, la volonté, permettent un dialogue, un échange avec les animaux. Qui n’a pas déjà parlé avec son chat, son chien et s’est amusé.e de voir qu’en retour, ils répondent à leur manière ?

La personnalité

Il a tout d’abord été démontré que les poules ont des personnalités propres, bien distinctes, et ressentent les émotions, comme la joie et la tristesse.

Ces oiseaux, au delà de ses ressentis, sont aussi capables d’empathie, tout comme peuvent l’être les souris et les cochons. Par exemple lorsque les poussins (pas forcément les leurs) sont en situation de détresse, les poules peuvent ressentir leur état émotionnel et s’inquiéter pour eux. Elles émettent alors des cris de détresse et leur rythme cardiaque s’accélère.

J’ai pu constater cette inquiétude lorsque une maman poule s’est éloignée et picorait de manière non visible pour ses deux petits, qui ont alors commencé à piailler. Quelques secondes seulement après, deux autres poules sont arrivées et ont commencé à s’agiter autour des poussins afin de chercher leur mère et tendaient leur cou pour essayer de la retrouver. A partir du moment où elles l’ont entendu/aperçu, elles ont repris leur activité, soulagées. 

Le biologiste norvégien Thorleif Schjelderup-Ebbe a mené les premières études dans les années 1920, établissant que ces oiseaux ont une organisation hiérarchique : Les poules savent déduire des choses, comme leur place dans la hiérarchie sociale à partir de l’observation. Cette capacité est remarquée chez les humains vers 7 ans.

Les facultés mathématiques

Tout d’abord, elles ont un sens de la numération et peuvent distinguer des quantités.

Une étude a également prouvé que ces oiseaux ont des capacités arithmétiques dès l’âge de 5 jours. Les poussins peuvent faire des additions et même des soustractions portant jusqu’à cinq objets.

Alors là, je vous avoue que ça a été un peu dur d’apprendre ça, vu que je n’ai jamais été forte en maths et que je prends un calculette pour savoir combien font 12 – 5 (-.-‘).

En effet, lorsqu’on cache, sous leurs yeux, des objets avec lesquels ils aiment jouer (en l’occurrence des capsules plastique de « Kinder Surprise ») derrière des panneaux opaques, les poussins se dirigent derrière le panneau contenant le plus d’objets. L’expérience a été reproduite avec des objets de tailles différentes (pour vérifier qu’ils dénombraient bien chaque élément). Dans une troisième expérience, on a déplacé plusieurs fois les capsules d’un écran à l’autre pour simuler des additions et des soustractions. Trois-quarts des poussins ont réussi cet exercice de calcul mental et se sont dirigés vers le panneau derrière lequel se trouvaient le plus de capsules Kinder.

Impressionnant non ?

Le repérage spatiale

En outre, elles possèdent des capacités visuelles et spatiales : lorsqu’il s’agit de picorer en groupe, elles reconnaissent leur place dans l’ordre, grâce à l’observation. Les poules apprennent les unes des autres. Elles raisonnent par déduction, une capacité que les humains développent vers l’âge de sept ans. Et que d’autres ne développeront jamais.

Annie Potts, co-auteure de l’ouvrage Révolutions Animales, ajoute : « À trois jours, ils sont capables d’identifier un objet tout entier quand on en cache une partie (ce que les bébés humains ne peuvent réaliser avant quatre ou cinq ans). Ils parviennent à localiser des items entièrement cachés, ce qui montre qu’ils créent et stockent à un âge très précoce des représentations mentales de l’emplacement des objets. »

En outre, ces oiseaux ont une mémoire qui leur permet de se souvenir de situations leur profitant, afin d’agir en conséquence par la suite. Ainsi, les poules sont capables de se contrôler à un moment si cela leur permet d’obtenir plus de nourriture plus tard.

Enfin, bref, vous voyez où je veux en venir… ces animaux (comme tous les autres, selon moi) n’ont pas leur place dans nos assiettes.

Il faut savoir que les poules et les poulets d’aujourd’hui ont fait l’objet d’une sélection génétique intense.

Alors qu’une poule sauvage pond au maximum 60 œufs par an, les poules des élevages modernes en pondent plus de 300, et sont enfermées dans des grands hangars, entassées, sans pouvoir assouvir leurs besoins biologiques, ou dans des cages de la taille d’une feuille A4.

Quant aux poulets, ils ont tellement été conditionnés, optimisés pour la croissance de leur masse musculaire que ni leur squelette ni leur système cardiovasculaire n’est adapté à leur masse adulte.

Leurs os se déforment sous leur propre poids, ils ne peuvent pour certains, même plus se tenir debout. La dernière vidéo de l’association L214 a surpris parce qu’elle a mis en lumière des poulets qui ont grandi tellement vite qu’ils en ont gardé leur tête de poussins…

Ces découvertes obligent à une réflexion éthique sur les élevages de poules, qui sont conçus pour optimiser les rendements sans considération du bien-être des animaux.

Du très grand Charb.

Sources :

http://www.futura-sciences.com/planete/actualites/oiseaux-intelligence-poules-serait-sous-estimee-65795/

https://www.petafrance.com/actualites/lintelligence-des-poules-nous-rabat-le-caquet/

https://www.l214.com/intelligence-et-vie-sociale-des-poules

Catégories : Cause Animale

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Cause Animale

Diplômée en Droit Animalier / Proposition de loi

L’année, dernière, en septembre exactement, je suis allée découvrir la charmante ville de Brive la Gaillarde afin de suivre les deux semaines de cours dispensées dans le cadre du Diplôme Universitaire en Droit animalier. Mon Lire la suite…

Cause Animale

Sudan, où l’extinction d’une espèce

Sudan et Jason Wachira Sudan , dernier mal rhinocéros blanc s’est éteint le 19 mars 2018. Ce mastodonte était devenu le symbole d’une lutte contre l’extinction des espèces. Sudan est né à l’état sauvage mais Lire la suite…

Cause Animale

Breaking news : un Code de l’Animal !

Monsieur Marguénaud, fondateur du droit animalier en France et professeur émérite à l’Université de Limoges, avait prononcé ces quelques mots en septembre 2017, lorsque j’ai suivi le diplôme universitaire en Droit Animalier : « Nous sommes en Lire la suite…